Des caribous au pays du couscous

Le Sud, où on frôle le désert

          

(en construction)

 Dire que nous allons quitter le Maroc sans avoir mis les pieds dans le désert! Faut le faire. Après avoir écumé les côtes, le nord et le centre du pays, ette fois - ci nous disposons d'assez de temps (1 semaine) et d'argent pour nous rendre plus au sud et faire la route des oasis. Encore une fois nous effleurerons les grands sables. Ce mois d'octobre est frisquet et si le soleil brille ardement, le vent descend droit et fier des montagnes.

 

Notre trajet

Marrakech - Sidi Ait Ben Haddout - vallée des roses - vallée du dades -Boumalne - Tineghir  - Errachidia         

         Carte du sud du Maroc

 

 

De prime abord les gens sont plus chaleureux et ouverts que dans le nord ou le centre du pays. On sent aussi tout de suite que la population est plus habituée aux touristes que dans d'autres régions. D'ailleurs sur la route, on croise beaucoup de 4x4 de la Fram (qui semble détenir un monopole ou tel dans le coin) remplis à bord de touristes qui se prennent pour des aventuriers.

 

Comme on commence à être pas mal habitués à rouler en montagne le passage du col de Tizi-n Tichka nous parait moins impressionnant qu'il n'aurait pu et les paysages sont à couper le souffle avec toujours ce mélange de couleurs de nuances de terres. J'aimerais être peintre en ce pays tant les couleurs sont inspirantes.

 

   

 

Ce n'est pas étonnant que la Kasbah de Sidi Ait Ben Haddou ait servi de décor à de nombreux tournages car la vue est très impressionnante et vaut vraiment le détour. La rue principale est bordée d'hotels en tout genre, à budget variable. Nous avons arrêté notre choix sur la Kasbah du Jardin surtout à cause de la vue sur la Kasbah et la rivière et l'acceptation du chien. Pour 3 personnes nous avons payé en 2009, 650 drh (soit 60 euros, soit 90$). Sans être de la haute gastronomie les repas sont très corrects et changent du sempiternel tagine. (voir Bons Plans)

 

    

 

Au petit matin, j'ai pu en profiter pour aller me promener seule avec la chienne, ce qui n'est pas évident partout. La balade au bord de la rivière à travers les vergers et les oliveraies est un petit moment de bonheur, qui fut écourté par l'arrivée d'une bande de chiens errants qui m'ont causé plus de peur que de mal.

Autres photos de la Kasbah Ait Ben Haddou

 

La route est plate et désertique..... lancinante...

Par moment on se dit, c'est ca cette platitude, cette pierraille,... et puis on se fait prendre....

Nous prenons la direction de Skoura...

Les villages...

les paysages....

changent tout le temps....

 

La vallée du Dades, la route aux milles casbahs

De Ouarzazate à Boumalne de Dades, sur 170 km, un des plus étonnants paysages du Maroc. Coincé entre le jbel Sarho et le massif du Haut-Atlas, l'oued Dades serpente dans un paysage aride et désertique pour réussir à alimenter une série d'oasis. Parmis ses nombreuses kasbahs celles d'el Kabbaba, Dar Aïchil, Dar Aït Souss, Ameridhil

 

 

El Kelaa M'gouna et la vallée des roses

La vallée des Roses s'étend entre Kelaa M'gouna dont le nom veut dire « la forteresse des M'gouna » et Boumalne du Dades. L'entrée en est marquée, à Imassine, par de gigantesques rochers ronds, qui semblent posés en équilibre sur le sol. C'est une longue suite de petits villages et de maisons traditionnelles en terre, dont la richesse se cache dans des jardins invisibles de la route, les rosiers dont l'odeur se propage partout en avril et en mai.

 

 

Soirée Etape dans un lieu très spécial un peu à l'écart de la ville de Boulmane du dadès...

(voir bons  plans les oasis du sud)

 

Départ vers la vallèe du Dadès après un excellent et copieux petit déjeuner servi avec le sourire par Malika avec qui nous entamons une sympathique conversation très enrichissante sur la région.

Vallée du Dadès

Avec notre Kia de location vert fluo, nous nous sommes rendus sans problème jusqu'à la fin de la route goudronnée, à Msemrir. C'est le point de départ des randonnées et des treks.

Tinerhir

A Tinerhir, on s'est fait entreprendre par un homme dans la quarantaine, en costume assez chic qui nous a promené dans la médina. Soit disant qu'il rentrait en France le lendemain pour reprendre le travail et qu'il avait du temps à perdre. Sans lui nous n'aurions certainement pas vu autant de choses et nous nous serions perdus ou moins avancés au coeur des ruelles. Cela nous a coûté 20 drh, soit disant pour la femme du caid du quartier! Mais nous avons estimé que la visite en valait largement la peine...

 

 

 

... même si on s'est retrouvé dans une maison, et dans la piéce ou se trouve comme par hasard le métier à tisser et les tapis. Je ne souhaitais pas acheter de tapis, la discussion fut âpre. L'homme est parti à 1 200 drh pour un tapis d'environ 1 m sur 1 m 20.  J'ai fini par l'avoir à 600; l'homme était furieux. Il a empoché les billets et nous a aboyé de laisser quelque chose à la femme pour le thé. A elle j'ai laissé 50 drh qu'elle a enfoui dans les profondeurs de ses vêtements avec un large sourire. Cet argent là au moins elle en verra la couleur.

 

 

 

Vallée du Todra

Errachidia

Gorge du Zis

 

 

VOIR BONS PLANS TESTÉS

 

 

 



09/05/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 82 autres membres