Des caribous au pays du couscous

Azrou et le douar de Tousftelt

Azrou, dont le nom signifie le rocher en berbère, est une petite ville à 1200 m d'altitude. Elle est située au croisement des routes qui partent de Meknes et de Fès vers le sud. Les maisons sont construites en pisé et couvertes de tuiles rondes. A cette saison, il est censé y neiger mais il faisait très beau et quasiment chaud, ce qui n'est pas bon pour l'agriculture. Il ne pleut pas, il ne neige pas, ce qui signifie que les fellahs (agriculteurs) ne peuvent pas planter, donc pas de récoltes.

Petite parenthèse : La situation est à ce point catastrophique que le roi a demandé aux fidèles de se rassembler vendredi pour prier afin de faire venir la pluie.

A Azrou le tourisme est encore peu développé mais il y a des projets en cours concernant le tourisme rural. Ce qui m'a fait drôle en arrivant c'est de me retrouver avec des arbres sans feuilles. L'automne après l'éternel été (bien que froid) des autres régions que je connais jusqu'à présent.

Avec une jeune stagiaire nous avons voulu aller faire un tour au souk (marché), mais notre présence n'est pas passée inapercue et cela m'a valu une petite discussion au sujet de cette photo qu'il a fallu que je paye.

Et voici la porte du bureau des conseillères avec qui je travaille.

Nous somes ensuite parties en grand taxi pour la commune d'Ain leuh où se trouvent les deux copératives avec lesquelles je vais travailler. Le village est joli. Il n'y a bien evidement pas de rues pavées. Les maisons ne sont nichauffées ni isolées. Par contre presque partout il y a la télé. (73% des foyers sont équipés de la Tv alors que 5% possédent une machine à laver!) Elles nous recoivent en costume traditionnel. cette coppérative est très bien organisé. Elles font fructifier les ruches du départ en partageant les essains et leur miel est délicieux. C'est là que j,ai appris un nouveau mot "Kouli" (pardonnez l'orthographe). "Mange, mange" On dirait ma grand-mère. Toutes les grand-mères du monde doivent se ressembler et vouloir à tout prix nourrir la terre entière. Les femmes nous ont donc servi d'immenses crêpes un peu feuilletés, délicieuses avec le miel et la confiture, accompagnées de l'inévitable thé à la menthe.

Dans ce village hommes et femmes travaillent dans l'agriculture, contrairement au Rif où les femmes travaillent plus que les hommes. On sent plus d'ouverture de la part des femmes et une plus grande volonté de réussir leur entreprise. A d'autres endroits je sentirai plus de réticences et une attitude plus attentiste. Par contre partout on retrouve le même problème de scolarisation des filles. En milieu rural la plupart arrêtent au niveau du primaire.

La deuxième coopérative que nous visitions ce jour-là en est une de confitures de cerises. Miam! La présidente est une femme très active et très entreprenante qui s'intègre à d'autres assos du village et regrette d'être toujours la seule femme. Cette fois on nous aservi un tagine délectable avec du pain plat et rond et des olives bien entendu. Quant au dessert...        Des mandarines géantes et quasiment sans pépins alors qu'elles sont naturelles.

Vu que cette région est riche en arbres fruitiers, Les femmes vont faire différentes sortes de confitures cerises en juin, abricots en juillet, prunes en aout et figues en septembre. Si ca vous tente c'est un joli coin pour les vacances et il y a quelques maisons à louer.

Si ca vous tente c'est un joli coin pour les vacances et il y a quelques maisons à louer.



13/01/2007
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 82 autres membres