Des caribous au pays du couscous

Azrou au printemps

 

Arrivée à Ain Leuh vers 18 heures

 

J'aime bien retourner dans la même région à des périodes différentes de l'année. Cela permet de mieux connaitre l'endroit et de lier des relations amicales avec les habitants. J'arrive donc tout juste la belle région d'azrou, plus précisément Ain Leuh dans le moyen-Atlas. Dans cette région il neige l'hiver pendant deux semaines environ. Fin mai la nature explose en champs d'avoine, de coquelicots et autres fleurs colorées. Dans quelques semaines, si la chaleur finit par arriver toute cette nature sera brulée par le soleil. En attendant nous profitons de l'air pur - après la pollution de Rabat c'est une boufée d'oxygène- et de magnifiques paysages de montagne.

 

 

Nous avons dormi dans le même gite qu'en février à l'Auberge Nizhar à Ain Leuh. Les vergers sont feuillus et les cerises commencent à rosir. A cause du gel tardif et du froid persistant elles sont en retard cette année et seront moins nombreuses.

L'accueil au gite est toujours aussi sympathique. Nous restons siroter notre thé à la menthe jusqu'à la tombée de la nuit avant de passer à table autour d'un délicieux couscous. Nous sommes trois filles et nous optons pour le dortoir à 70 Dh (7euros, 10 $). Nous passons une très bonne nuit sans chiens qui aboient toute la nuit comme c'est le cas en ville.

Les chiens ici sont rarement de compagnie. Ils sont dressés pour garder et aboient à longueur de journée. En campagne on croise plutot des chiens errants dont il faut se méfier.

 

 

Nous retournons également aux sources de Oum Er rabia. Une trentaine de kilomètres où le paysage varie d'un versant de montagne à l'autre, d'un plateau  à une colline de pierres volcaniques. Des forêts de cèdres, des champs cultivés, dea anes et des moutos. C'est une région malheureusement mal connue par les touristes et qui peine à trouver des débouchés économiques. des projets de développement de tourisme rural, vert et d'aventure sont en cours.  On peut faire des randonnées, à pied en vélo ou en voiture ou pique niquer à l'ombre des grands arbres. Les gens sont très accueillants et il n'y a pas de marchands agressifs dans la médina d'Azrou.

 

 

A un moment donné sur la route nous croisons un village ou un hameau berbère d'une grande pauvreté. Les enfants se mettent sur le bord de la route et tentent d'arrêter les voitures pourquémander quelques dirhams. La prochaine fois que nous passerons par là nous amènerons des crayons de couleur et des vêtements pour les gamins.

 

Les gamins jouent dans les trous d'eau

 

 

La prochaine fois on passera à l'heure du Tajine. Les effluves qui nous chatouillent les narines vont finir par nous ouvrir l'appétit.

Les enfants fabriquent des colliers de fleurs qu'ils vendent aux touristes. Nous avons bien sur craqué devant son joli minois!

 

Nous ne pouvions pas passer dans la région sans retourner voir les singes magots qui vivent à l'ombre majestueuses des cèdres et des grands chênes. Ces grandes forêts ne sont pas broussailleuses et on peut s'y promener en toute quiétude.

 

 

 



23/05/2007
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 82 autres membres