Des caribous au pays du couscous

Tetouan - Les femmes et les cooperatives

Le contact dans les coopératives n'est pas toujours evident car je ne maitrise pas la langue et je suis étrangère. Cela crée malgré toutes les bonnes volontés une barrière naturelle. Par contre l'accueil est partout très chaleureux.

 Les coops n'ayant pas toujours de local, les femmes travaillent chacune de leur coté et se réunissent chez l'une ou chez l'autre pour assembler les morceauxentre leurs travaux ménagers et agricoles. Les photos suivantes ont été prises  une coopérative de tisssage située dans un village assez difficile d'accès. Les femmes dégagent une bonne humeur très contagieuse. C'est la première fois où je sens une aussi bonne ambiance entre les coopérantes.

 Une nappe en cours de rélisation. Il manque des broderies.

Il y a aussi des sacs et des coussins et des tapis

 

Le lendemain nous nous sommes rendues une des conseillères et moi dans un village à l'abord encore plus escarpés pour aller visiter  la coop de plantes aromatiques et medicinales. C'es souvent la présidente qui nous acceuille dans sa maison et cette fois ne déroge pas à la règle. Dans chacune des régions que j'ai visité les maisons sont diférentes mais généralement très bien entretenues et très propres. La maison de la présidente, je l'apprendrais plus tard appartenait à un ancien colon. elle est coquette et délimitée par un jardint à la francaise. Elle nous fait entrer dans le salon d'apparat avec ses banquettes basses et ses profonds coussins. Après avoir parlé affaires, nous avons eu droit à une collation composée d'oeufs sur le plat au cumin, du délicieux pain rond à tremper dans  l'huile  d'olive et les olives maisons accompagnés bien sur de hé à la menthe. Un délice!

La petite promenade digestive nous a mené jusqu'à  l'abambic qui se trouve en plein air au milieu d'un champs. pour cette coopérative, il lui faut d'abord trouver le financement pour construire un local.

 

Voici l'alambic ou sont transformées les plantes.

Les femmes ont toujours utilisé les plantes médicinales et aromatiques mais la transformation de ces produits est un procédé tout à fait nouveau pour elles. Même si les gens et les maisons sont propres, les principes d'hygiène alimentaire ne sont bien assimilés.Si nous nous préoccupons, dans nos sociétés occidentales de bien-être et de confort personnel, ces femmes sont encore dans une logique de survie et ont beaucoup de difficultés à se projeter dans l'avenir. La télévision est très présente dans tous les foyers mais leur quotidien est bien éloigné des images qui leurs sont offertes en pature.

 

Que sont-elles devenues?



23/01/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 82 autres membres