Des caribous au pays du couscous

Pays berbere des oasis : architecture et tradition

Pour s' y retrouver en pays berbere

 

L'Architecture Berbère :
Essentiellement rurale son application est le plus souvent domestique et défensive.
Parmi les constructions berbères vous distinguerez :
L'AGADIR : Grenier fortifié, sorte de ''coffre fort à l'ancienne'', construction collective. Il est souvent situé dans des endroits difficilement accessibles et pouvait servir de poste de surveillance. Les Agadir Ruchers étaient défendus par les ruches domestiquées !
L'IGHERM : Ensemble de maisons construites aux angles d'un édifice.
LA'TIGHEMT : Habitation d'une ou plusieurs familles restant souvent vide plusieurs mois avec un gardien veillant sur les provisions qu'elle abrite. Elles sont utilisées au gré des saisons.
LES KASBAHS : construites selon pratiquement les mêmes principes avec Borges et Cherafas seuls les motifs décoratifs les distinguent.
Elles ont un caractère défensif, elles sont construites sur plusieurs étages.
LE KSAR : (pluriel ksours) A comparer avec le château entouré de murailles à l'intérieur desquelles sont regroupés maisons et greniers en borges (tours) afin d'abriter les sédentaires contre les attaques ennemies (RAZZIAS).

Les Matériaux de  Construction :
Terre, matériaux locaux, pierres, bois. Ce sont des matériaux simples qui, trouvés sur place, apportent une formidable intégration aux sites de ces constructions,
- les constructions peuvent être
- en pisé (terre battue et pilée dans coffrage)   
- en adobe (blocs de terre séchés)
- en pierres et terre
Les constructions sont porteuses, les toitures sont fabriquées avec poutres, poutrelles en bois et structure plancher en terre.
Des motifs décoratifs géométriques agrémentent souvent façades, plafonds et menuiseries.
Ces mêmes matériaux servaient à construire des murailles (système défensif des villes) souvent pentagonales (5 angles) et qui formaient l'enceinte avec diverses portes (BAB).

 L'Artisanat
L'artisanat berbère : avec essentiellement des motifs géométriques (et exceptionnellement floral) il a pour objet le mobilier des agriculteurs et des nomades pour ce que sont les outils indispensables à la vie, les divers objets composant les parures.

L'art du textile : avec des matières premières d'origine végétale (Doum, roseau, raphia) et animale (laine, poils de chèvre).
Les matières utilisées varient d'une région à l'autre.

Le Tapis : Activité essentiellement féminine et familiale, il se re-développe avec la création de nombreuses coopératives.
C'est une tradition très ancienne employant pour les tapis berbères une laine de qualité supérieure. Les couleurs étaient végétales et minérales.

Le Hanbal : Tissage ras de laine et coton mélangés coloris à la base de matières végétales. Il est utilisé en couvertures ou en éléments décoratifs.

Le Hamdira : Tissé en laine pure et selon le cas avec des bandes de couleurs ou des dessins géométriques variés, il sera encore utilisé en couverture ou en hayk.   

Poterie berbère :   Généralement sans décor, elle constitue l'essentiel de la poterie rurale.

Le Cuir : de chèvres, de chameaux, sera la base d'un artisanat coloré, selles, babouches.

Les bijoux berbères : en argent ou en bronze, ils sont d'une exceptionnelle pureté avec des dessins géométriques et parfois floraux.

Musiques et danses

La musique berbère
Elle exprime principalement, au rythme résonnant du bendir, la nature enchanteresse de la campagne.
Les chants et danses des tribus rurales sont de véritables spectacles riches de poésie.
Souvent de nuit, autour de grands feux ; ces chants et danses se déroulent à l'occasion de fêtes : hommes et femmes y exposent  leurs plus beaux atours et leurs bijoux.

L'Ahwach.
En cercle, hommes et femmes dansent sur des rythmes berbères cadencés au son du Tambour. L'ensemble est dirigé par un raïs.

La guedra : C'est une danse ancienne qui met en avant la grâce et la beauté naturelle des femmes. La danseuse agenouillée, évolue au rythme d'un large tambour et effectue des mimiques de la vie quotidienne.

La Taskiwine : Vous y découvrirez l'art de faire vibrer les épaules sous le rythme des taârijas.

Le Tissint : Comme la célébration d'un rite, les femmes et les hommes se lèvent à la danse : c'est la danse du poignard.

Les Gnaouas : Il dansent les Kuyas et chantent en dialecte arabo-africain au son du Hajhouj du Tbel et l'graquels, ils invoquent saints et esprits.

 

 

source: http://www.voix-nomades.com/blog-voyage-simon.html



07/10/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 82 autres membres