Des caribous au pays du couscous

La maison Rifaine

Les caractéristiques générales de la maison


La maison possède deux caractéristiques qui lui sont propres. La première est dite de la " maison aveugle ". La maison est renfermée sur elle-même. Seuls ouvertures sur l'extérieur, la porte d'entrée que l'on appelle Tawath tidath et la porte des invités (plus petite que la première) que l'on appelle Taruht.

Parlons maintenant de l'accès à la maison,
Celui-ci se décompose en 6 nivaux. Ces 6 niveaux se traduisent en espace.
Le premier espace, avant d'atteindre la maison se nomme abrith (la voie). C'est un espace public. Le deuxième espace que l'on appelle thabrit est semi public. On peut l'apparenter au sentier ou la route qui conduit à la maison. Azag est le troisième espace et est l'espace immédiat à la maison. Notons que nous sommes à ce stade à l'extérieur de la maison.
Entrons à l'intérieur pour découvrir le quatrième espace. Il s'appelle Arwa. Il est l'équivalent du vestibule. Marchons vers le cinquième espace qu'est la cour ou Azqaq ou m'rah. Reste à découvrir le sixième espace qu'est la chambre : Akham.



6 niveaux. Il n'y en a pas moins, pas plus. Ces 6 niveaux attestent du comportement sociétal du rifain. En effet, si l'on suit l'évolution de ces 6 niveaux, on se rend compte que l'on passe de la Confédération à l'espace très privé et sacré de la Famille.
Plus incroyable encore, le parcours qui mène de la voie public à la maison forme un labyrinthe harmonique qui embrasse les contours d'une spirale !


Reste, à présent, à comprendre pourquoi autant d'étapes avant d'entrer dans la maison et surtout à quelles fins la maison est-elle ouverte seulement à l'intérieur ?
Cela est simplement dû à une protection naturelle contre les dangers extérieurs. On pense prioritairement à protéger son habitat et à le rendre difficilement accessible. La sécurité est primordiale mais pas maladive au point de fermer sa porte à l'étranger.
Si l'on se souvient bien, nous avons dis qu'il existait deux portes : la porte d'entrée et la porte réservée aux invités. Cette dernière est ouverte à quiconque demande gîte pour une nuit, deux, trois… . Tout le monde à sa place dans la maison. Elle est accueillante, chaleureuse et sincère.


Que pouvons nous dire des portes ?
Pour rien au monde nous ne trouverons d'ouverture de la maison rifaine sur la façade Ouest. La porte d'entrée se trouvera au Nord, souvent à l'Est et rarement au Sud.
Les croyances jouent un rôle important dans la décision de ne jamais avoir de porte d'entrée au Nord.
En France, nous croyons au concept de la chance, du hasard, du sort qui influe sur notre vie et le cours des évènements. L'Homme rifain, croit en la Baraka (bénédiction). Ce concept est très important pour l'Homme rifain. On rattache la baraka à la lumière. Une lumière qui comporte de dimension, nor (ou aura) qui est propre à l'Homme. La deuxième dimension est la source de la lumière : le soleil.
Il se lève à l'Est et se couche à l'Ouest. Quand on ouvre sa porte sur le levé du soleil, on permet à la baraka d'entrer. La lumière a une vocation spirituelle, métaphysique qui dépasse sa simple fonction d'éclairage. Nous lui donnons une explication scientifique mais pour l'Homme rifain elle revêt un caractère sacré.


En ce qui concerne la porte d'entrée, nous avons, précédemment, affirmé qu'elle était haute et large. Comme rien n'est laissé au hasard, la largeur est calculée précisément. Ainsi, la largeur dépend de la largeur des iragnen (sortes de poches que porte la mule ou l'âne sur les flancs pour transporter la marchandise).La porte est assez haute pour que la personne sur l'animal puisse entrer sans descendre de sa monture.


Mais alors, si l'on suit le raisonnement, les animaux ont aussi une habitation dans la maison ?
Effectivement. Celle-ci est strictement séparée du reste de la maison et se trouve du côté de la façade l'Est. Tous les animaux vivent à l'Est. L'animal n'empiète pas sur le territoire de l'homme.


La porte est comme nous l'avons écrit, l'entrée de la baraka. Pour ne pas laisser cette baraka sortir, la porte a un seuil qu'il faut enjamber.
Prenons un exemple. Tasslit, qui est la jeune mariée, est porteuse de baraka. De ce fait, elle est portée par son frère à l'intérieur de la maison quand elle se marie pour lui empêcher d'enjamber le seuil. Sa baraka reste entière !

A présent, entrons dans la chambre, partie de la maison la plus intime !
La chambre se décompose en Trois espaces distinct que M. CHEIKH a appelé les 3 "S" : les Sanitaires, le Séjour et le Sommeil. Le séjour, étant la pièce centrale, est séparé des autres pièces par A3mouth. C'est une colonne de bois qui va d'un bout à l'autre de la pièce et sur laquelle on étend un tapis. Le séjour est à la fois

séparé des autres pièces et décoré. Admettons que c'est une astucieuse idée pour joindre l'utile à l'agréable !
La partie "Sommeil" est construite en hauteur par rapport aux autres pièces.
Chaque chambre est une cellule de la maison. Ainsi se sont toutes les cellules qui forment la maison. Pour information, la chambre la plus aboutit de la maison est celle du patriarche.


Les chambres s'assimilent à de petits appartements fonctionnels puisqu'elles comportent une chambre à coucher, un séjour ou recevoir les convives et des sanitaires ainsi qu'une kitchenette.


En guise de conclusion, on ne prend pas beaucoup de risques en assurant que la maison rifaine est pleine d'enseignement. Une fois la porte ouverte, milles et une surprise nous attendent pour nous transporter au sein d'une culture formidable, d'une architecture méditerranéenne qui a été inspiré par le temps plus que par les architectes eux-mêmes : c'est une architecture vernaculaire


08/10/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 84 autres membres