Des caribous au pays du couscous

Coopérative Nakasha.

Un quartier de bidonville situé à la périphérie de Salé, la ville limitrophe de Rabat. En 1992, 1126 ménages –soit 6441  habitants- y vivaient dans 1063 baraques concentrées sur un périmètre de 8 hectares. Vu du ciel, Karyan El Oued ressemble à une seule carapace qui recouvre des baraques de tôles ou de bois. Quelques rues étroites, sans assainissement, deux bornes fontaines, mais aucun système de ramassage des ordures ni équipement social collectif avec un égoût à ciel ouvert à proximité du quartier, pas d’espaces verts ou de récréation, beaucoup d’enfants, peu de travail…

Des femmes partout présentes, faisant la queue à la borne fontaine, revenant du four commun avec leurs galettes sur la tête, lavant leur linge dans la rue, ou travaillant dans les ateliers de tapis nichés dans les quartiers bidonville-clandestins environnants. La rue 11 s’intègre dans ce paysage. Une vingtaine de familles y habite. C’est là que vivent les tapissières qui formeront la Coopérative Nakasha.

http://www.co-nakasha.com/historique.php



11/01/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 82 autres membres